User:Michel-georges bernard

From Wikimedia Commons, the free media repository
Jump to: navigation, search

Michel-georges bernard sur Wikipédia.fr: [[1]]


« Larvatus prodeo » (note de Descartes, diversement commentée[1]). Pas forcément, pas pseudo : ni le goût de la dissimulation, ni celui de l'ostentation - et finalement quelque peu de discrètion.

Biographie, à la manière d'une ébauche[edit]

Le lycée Buffon
MGB, 2011

Jadis[edit]

Michel-Georges Bernard, poète et écrivain d'art français, né en décembre 1944 à Paris. Études au Lycée Buffon (pour la sixième avec le jeune professeur d'anglais Maurice Fanon, pour la classe terminale en compagnie de Dominique Lecourt). Années 1950, Georges Briquet, Le Grenier de Montmartre, Geneviève Tabouis, Les Maîtres du mystère, Pierre Cour à la radio. Après avoir obtenu son baccalauréat (avec dispense d'âge à l'époque « accordée » par le Général de Gaulle), suit à la Sorbonne les cours de Ferdinand Alquié, Vladimir Jankélévitch, Jean Wahl, Daniel Lagache et Alexis Philonenko, pendant plusieurs années ceux de Bernard Lamblin en esthétique, plus occasionnellement ceux de Raymond Aron et Georges Gurvitch, Juliette Favez-Boutonnier et Maurice de Gandillac, assiste parallèlement à ceux de Claude Lévi-Strauss au Collège de France, puis réalise à l'Université de Nanterre, auprès de Clémence Ramnoux, des travaux universitaires sur Gaston Bachelard, à qui il avait eu la chance d'aller rendre visite en 1961. A parallèlement l'occasion de collaborer au nouvel Os à Moelle de Pierre Dac. Est ensuite professeur de Philosophie de 1970 à 2005.

Poésie et peinture[edit]

À partir de 1960 a la chance, improbable, de rencontrer les œuvres de poètes et de peintres (la « Nouvelle École de Paris ») considérées depuis comme parmi les plus importantes de la seconde moitié du XXe siècle, dont il recherche les moindres ouvrages et constitue en chemin des bibliographies assez précises pour les unes, rassemble catalogues et documentation pour les autres.

Est simultanément amené à croiser bon nombre de leurs auteurs, aujourd'hui tous disparus (à une exception près, admirablement centenaire en 2014 à La grande librairie ), à se lier durablement avec plusieurs d'entre eux, commence en 1965[2] à publier des articles (dans Les Temps Modernes de Jean-Paul Sartre) puis un premier livre critique chez Pierre Seghers, des poèmes et des préfaces. Rencontre alors régulièrement à Bruxelles quelques-uns des acteurs historiques, quarante ans plus tôt, du Surréalisme en Belgique.

« Il me semble que vous commencez bien jeune à collectionner. Si vous continuez, ou bien vous finirez sur l'échafaud - chose très honorable - ou dans la peau de ministre de quelque république laquelle ne sera pas maotiste [sic] - fi! - et, de toute façon, vous serez à la droite du Père et les cloportes éparpilleront le monument que vous aurez construit à grand ahan. », le prévient charitablement l'un d'eux en novembre 1969.

En février 1962 avait été assez sévèrement matraqué lors d'une manifestation contre la Guerre d'Algérie, quelques jours avant celle de Charonne[3]. L'après-midi du 3 mai 1968, se trouve dans la cour de la Sorbonne, le 6 sur les Champs-Élysées (« Une dizaine d'enragés »), plus tard devant la Bourse, etc. - le 27 au stade Charléty. Au milieu de quelques centaines d'autres apparaît le 15 mai à la première page de France-Soir sur une photographie prise rue Beaubourg lors du défilé du 13.

Enseignant, après avoir travaillé aux éditions Hermann de Pierre Berès, dans le sud algérois (à la limite sud des plantations céréalières, disait le dictionnaire Larousse de l'époque) durant une douzaine d'années, découvre à partir de 1970 d'autres formes d'expression poétiques et picturales, devient éditeur artisanal, écrit à partir des années 1980 d'assez nombreuses préfaces d'expositions, des articles et des études plus générales sur les artistes d'Algérie, des « fondateurs » aux plus jeunes générations, et collabore, de retour en France, à la revue Algérie Littérature/Action.

Sur poètes et peintres a publié quelques livres et des textes notamment dans les revues L'Arc, F, Temps mêlés (André Blavier), Sud, Plein chant, Porte du Sud, Phréatique, Athanor, Qantara (Revue de l'Institut du Monde Arabe), Cimaise, Bacchanales, Europe, Area (Alin Avila), Horizons maghrébins, Poésie Première, et a fait partie, de septembre 2001 à août 2009, du comité de direction de la revue Artension. Certains d'entre eux et quelques poèmes ont été traduits en allemand, anglais, arabe, catalan, espagnol, italien, norvégien, portugais.

Lépidoptères[edit]

Copris hispanus

Les papillons, qui selon Roger Caillois ont inventé la non-figuration bien avant les peintres, lui sont en amateur parallèlement familiers[4]. Parmi ses rencontres les plus marquantes, Papilio machaon et Iphiclides podalirius depuis l'enfance (la forme feisthamelii à Laghouat), Papilio alexanor (Galaxidi, région de Patras), Zerynthia polyxena (Ardèche), Zerynthia rumina (Algérie), Parnassius apollo (Pyrénées et Alpes), Charaxes jasius (Médéa), le bon Hypolimnas bolina à Pirae, Danaus chrysippus lors de l'une de ses migrations en Kabylie puis, durant l'été 2007, en Provence), Kirinia roxelana, après des années d'attente, au sud d'Égion. Il n'en apprécie pas moins les plus obscurs, les sans grade de la papillonnerie, notamment Tomares ballus et Tomares mauretanicus (face au Djurdjura), Callophrys rubi (en Bourgogne et en Provence, parmi les tout premiers printaniers, ou encore Tarucus theophrastus (mais peut-être Tarucus rosacea), croisé sur les hauteurs d'Oran. Passablement interloqué par l'irruption de Cacyreus marshalli, en Catalogne et en Provence, qu'il ne retrouvait pas dans ses vieux livres.

Pour les coléoptères, admiratif de la créativité sculpturale exotique des dynastes ou goliath, éprouve une tendresse particulière pour les bêtes à cornes plus ordinaires, l'orycte ou tout simplement le copris hispanus qu'il a longuement apprécié, pacifiquement, de faire chanter les soirs d'été.

Wikipédia[edit]

Ayant fortuitement rencontré Wikipédia, séduit par son projet, dans un appréciable climat de « gratuité », d'une coopérative des connaissances, il lui a semblé plus utile, à l'âge où l'on commence de composer ses mémoires, d'écrire des autres (ce qui revient en somme au même - sauf que le « je », quelque peu « haïssable » s'y trouve effacé) : quelque 180 articles créés, plus ou moins développés, qui lui semblaient manquer, de novembre 2005 à mai 2008, dont un certain nombre traduits depuis en d'autres langues. En tant qu'utilisateur, très sensible aux possibilités qu'assure Wikipédia d'une résistance aux pouvoirs idéologiques, et les uns dans les autres économiques, qui dominent la connaissance, et méconnaissance, de la littérature et surtout de la peinture du XXè et XXIè siècles. Remercie chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont bien voulu et voudront bien corriger, jusque dans le détail, ses incongruités et ses imprécisions.

L'encyclopédie libre étant essentiellement évolutive, juge par ailleurs, à tort ou à raison, qu'une médiocre ébauche et/ou une mauvaise image valent mieux, provisoirement, que pas d'ébauche ni d'image du tout. A longtemps pensé que, parvenu au bout du partage de son petit savoir, il prendrait congé des contributions actives : Sutor, ne supra [ou ultra] crepidam (Cordonnier, pas plus haut que la chaussure, Pline, Naturalis historia, livre 35, & 85). Mais pour mieux partager, encore faut-il apprendre, ce qui fait immanquablement rencontrer en chemin de nouveaux éléments à leur tour dignes d'intérêt. En vient ainsi à songer parfois qu'il aurait sans doute été nettement plus simple de ne pas commencer.

Poids Ashanti

Mais quand s'aperçoit que certains des articles qu'il a pu créer se trouvent soit « adaptés » soit purement et simplement reproduits, pour tout, mot pour mot, ou substantielles parties, dans des catalogues d'expositions (sans guère de référence à Wikipédia, ce qui n'est pas bien correct), est près de se convaincre d'autres fois que son travail n'avait pas été totalement inutile. Peut-être ces articles étaient-ils apparus à celles et ceux qui en avaient fait usage comme le « moins pire » (cette catégorie demeure assez plaisante) de ce qui existait sur internet. Ou peut-être, en fait, étaient-ils seulement plus rapides à trouver. À présent, souhaite seulement avoir pris conscience de son gâtisme avant de s'arrêter.

À l'occasion, multiple, de ses recherches d'information sur WP, n'en finit pas d'admirer le travail de celles et ceux grâce à qui il trouve ce qu'il cherche et, bien plus, ce qu'il n'aurait pas songé à chercher.

Notes et références[edit]

  1. Digression d'histoire de la philosophie : il n'est pas sûr que la volonté de Descartes soit ici de « tromper », ou de déjouer quelque censure. Selon la traduction par Ferdinand Alquié du texte latin des « Préambules » (autour de 1619), Descartes écrit : « Les comédiens, appelés sur la scène, pour ne pas laisser voir la rougeur de leur front, mettent un masque. Comme eux, au moment de monter sur ce théâtre du monde où , jusqu'ici, je n'ai été que spectateur, je m'avance masqué » (Descartes, œuvres philosophiques (1618-1637), tome I, édition de F. Alquié, Garnier, 1963, p. 45). Selon Henri Gouhier Descartes doit prendre conscience, sur la fin de 1619, « de la double vie qu'il mène. Pour le monde, il est un jeune cavalier venu de France, qui porte le nom d'une terre poitevine et signe Du Perron ; qui, sauf son unique confident [ Beeckman] , soupçonnerait l'artisan d'une science entièrement nouvelle ? (..) Ce masque trop fameux couvre un visage rayonnant : Descartes a un secret et c'est un grand secret. (…) la réforme des sciences non seulement peut mais doit être l'œuvre d'un seul, puisque tel est le principe de la perfection dans les travaux de l'homme » (Henri Gouhier, Descartes, essais, Librairie philosophique Vrin, 1949, p. 49-50). Pour Gouhier, c'est le « contraste entre sa vie extérieure et sa vie intérieure » qu'exprime le « larvatus prodeo » : « Voyez ce soldat : il porte en lui un monde dans lequel lui seul a pénétré et que lui seul explore ; qui le croirait ? Il ressemble à tous les autres, et pourtant c'est lui qui, demain, fera connaître « une science entièrement nouvelle » (…) Depuis la fin de décembre 1618, Descartes est l'homme qui a un secret ; il se complaît dans cette idée et, quand il est seul ou avec son confident, il aime à mettre et à enlever son masque » (Henri Gouhier, Les premières pensées de Descartes, Librairie philosophique Vrin, 1958, p. 30). Dans La découverte métaphysique de l'homme chez Descartes (Presses universitaires de France, 1950), Ferdinand Alquié se range à cette interprétation (p. 44).
  2. réunissant ses deux prénoms distincts, non par affectation mais pour ne pas porter préjudice à la carrière littéraire de Michel Bernard (Paris) ni à celle, sportive, de Michel Bernard (athlète)
  3. Reprend connaissance dans une pharmacie de Saint-Paul, étonné de s'y trouver réconforté par son ancien professeur de Lettres Robert Verdier (qui peut-être l'y avait transporté, saura jamais).
  4. Observations, Poèmes entomologiques et articles sur Les lépidoptères dans les natures mortes du XVIIe siècle et dans la peinture de Jean Dubuffet

Repères pratiques (très pratiques pour compléments) : principales contribution[edit]

Jean Lescure en 1986
Georges-Emmanuel Clancier en 1987

Écrivains français et francophones – Poètes et romanciers du XXe siècle - Revues, éditeurs et critiques[edit]

Articles complétés[edit]

Jacques Bens (1931-2001), Jacques Brosse (1922-2008), Albert Camus, Jean Cassou (1897-1986), René Char (1907-1988), Aimé Césaire (1913),

René Daumal (1908-1944), Paul Éluard (1895-1952), Jean Follain (1903-1971), Max-Pol Fouchet (1913-1980), Fabian Gastellier (1956), Eugène Guillevic (1907-1997),

Jean Lescure (1912-2005), Guy Lévis Mano (1904-1980), Georges Limbour (1900-1970), Henri Michaux (1899-1984), Gaétan Picon (1915-1976), Georges Ribemont-Dessaignes (1884-1974)

- Méthode S + n; Hermann (éditions); Éditions de l'Orycte.

Articles créés[edit]

Claude Aveline (1901-1992), Monique Boucher (1935), Camille Bourniquel (1918),

Georges-Emmanuel Clancier (1914), Conrad Detrez (1937-1985),

André Frénaud (1907-1993), Christian Gabriel/le Guez-Ricord (1948-1988),

Vital Lahaye (1937), Loys Masson (1915-1969),

Bernar Mialet (1956), Hélène Parmelin (1915-1998),

Lucien Scheler (1902-1999), Michel de Smet (1912-2006)

Ouvrages collectifs : « Messages », « L'Honneur des poètes »

Recueils : Treize poèmes (Jean Lescure), Drailles (Jean Lescure), Il trionfo della morte (Jean Lescure), La belle jardinière (Jean Lescure)

Éditeurs :Pierre Berès (1913-2008), Edmond Charlot (1915-2004), François Lachenal (1918-1997), Émile Malespine (1892-1953).

Atelier des Grames

Peintres, graveurs, sculpteurs et architectes français - Nouvelle École de Paris – Peintres, graveurs et sculpteurs belges, catalans, italiens, japonais, norvégiens, sud-américains - - Street art - Galeries, galeristes et critiques[edit]

Jean Le Moal en 1985
Xavier Oriach en 2009
Eudaldo en 1969
Chicco Beiso en 1995
Louttre B. en 1997
Louis Nallard en 2011
Michel Humair en 1995
Marius Rech en 2000

Articles complétés[edit]

Peintres, graveurs, sculpteurs et architectes

Édouard Albert (1910-1968), Constantin Andréou (1917), Jean-Michel Atlan (1913-1960), Jean Bazaine (1904-2001), Louis Bénisti (1903-1995), Jean Bertholle (1909-1996), Gustav Bolin (1920-1999),

Anita de Caro (1909-1998), Roger Chastel (1897-1981), Chu Teh-Chun (1920), Jean Coulot (1928), Pierre Courtin (1921), Parvine Curie (1936), Hans Hartung (1904-1989), Démétrios Galanis (1882-1966), Elvire Jan (1904-1996), Krasno (1926-1982),

Charles Lapicque (1898-1988), Jean Le Moal (1909-2007), Xavier Longobardi (1923-2010), Alfred Manessier (1911-1993), Étienne Martin (1913-1995), Marcel Gili (1914-1993),Michel Moy (1932-2007), Zoran Mušič (1909-2005), Petar Omcikus (1926),

Véra Pagava (1907-1988), Serge Poliakoff (1900-1969), Gabriel Robin (1902-1970), Gérard Schneider (1896-1986), Hans Seiler (1907-1896), Michel Thompson (1921-2007),

Roger Vieillard (1907-1989), Maria Elena Vieira da Silva (1908-1992), Nicolas Wacker (1897-1987), Zao Wou Ki (1921), Léon Zack (1892-1980).

Dessinateur

Jean-Jacques Sempé (1932)

Autres : associations, critiques

Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires,

Gaston Diehl (1912-1999), Lydia Harambourg, Geneviève Thèvenot.

Articles créés[edit]

Peintres, graveurs et sculpteurs

Chafik Abboud (1926-2004), Henri-Georges Adam (1904-1967), Jean-Pierre Ancel (1941), Willy Anthoons (1911-1982), Ida Barbarigo (1925), Georges Bauquier (1910-1997), André Beaudin (1895-1979), Guillaume Beaugé (1944), Lucien Beyer (1908-1983), Lars Bo (1924-1999),

Chicco Beiso (1940), Paul Berçot (1898-1970), Anna-Eva Bergman (1909-1987), Roger Bissière (1886-1964), Maria Blanchard (1881-1932), Simone Boisecq (1922), Miklos Bokor (1927), Francisco Bores (1898-1972), Alfons Borrell (1931),

Marcel Bouqueton (1921-2006), Camille Bryen (1907-1977), Aristide Caillaud (1902-1990), Massimo Campigli (1895-1971), Marta Colvin (1907-1995), Honorio García Condoy (1900-1953), Nadine Cosentino (1947), Dikran Daderian (1929), Georges Dayez (1907-1991), Albert Duraz (1926 - 2010),

Jean de Maisonseul (1912-1999), Oscar Dominguez (1906-1957), Jean-Marc Ehanno (1942), Maurice Estève (1904-2001), Eudaldo (1914-1987), Marcel Fiorini (1922-2008), Liste des gravures de Marcel Fiorini, Esteban Francés (1913-1976), Johnny Friedlaender (1912-1992),

Sauveur Galliéro (1914-1963), Gilbert Ganteaume (1932), Ramzi Ghotbaldin (1955), Léon Gischia (1903-1991), Ramon Grimalt (1937), Étienne Hajdu (1913-1995), Stanley Hayter (1901-1988), Charlotte Henschel (1905-1985),

Michel Humair (1926), Jean-Claude Janet (1918), Vytautas Kasiulis (1918-1995), Eska Kayser (1936), Jacques Lagrange (1917-1995), Louis Latapie (1891-1972),

Jean Le Moal : Liste des œuvres de Jean Le Moal dans les musées du monde,Pierre Lesieur (1922), Aglaé Libéraki (1923-1985), Halvdan Ljosne (1929-2006), Baltasar Lobo (1910-1993), Karl-Jean Longuet (1904-1981), Romaine Lorquet (1921-2005), Louttre B. (1926), Colette Lussan (1936),

Alberto Magnelli (1888-1971), Charles Malfray (1887-1940), Alfred Manessier: Liste des tapisseries de Manessier, Maria Manton (1910-2003), André Marchand (1907-1997), Antoni Marquès (1956-) Nelly Marez-Darley (1906-2001), Manuel Hernández Mompó (1927-1992),

Wilfrid Moser (1914-1997), Juana Muller (1911-1952), Louis Nallard (1918), Alejandro Obregón (1920-1992) [à quelques lignes près], Takanori Oguiss (1901-1986), Xavier Oriach (1927), Assumpcio Oristrell (1956), Kjell Pahr-Iversen (1937), Ginés Parra (1896-1960), Ruggero Pazzi (1927-2010),

Alicia Penalba (1913-1982), Orlando Pelayo (1920-1990), Édouard Pignon (1905-1993), Héctor Poleo (1918-1989), Mario Prassinos (1916-1985), Bruno Pulga (1922-1992), Marius Rech (1945), Hans Reichel (1892-1958), Yves Reynier (1946),

Árpád Szenes (1897-1985), Gustave Singier (1909-1984), Ferdinand Springer (1907-1998), François Stahly (1911-2006), Pierre Tal Coat (1905-1985), Mark Tobey (1890-1976), Nadia Touami (1974) [article supprimé], Joël Trolliet (1950) [article supprimé],

Raoul Ubac (1910-1985), Dimitri Varbanesco (1908-1963), Jean Villeri (1896-1982), Gérard Vulliamy (1909-2005), Sadami Yokote (1899-1931), May Zao (1930-1972], Zelman [Zelman Otchakovsky] (1905-1945).

Street art : Keymi
Autres : courants, salons, associations, galeries, critiques et presse

Peinture non figurative,

Académie Ranson, Témoignage, Vingt jeunes peintres de tradition française (1941), Artistes d'Alba-la-Romaine

Salon de Mai, Salon des Réalités Nouvelles,

Galerie de France, Galerie Villand et Galanis, Galerie Callu Mérite (article supprimé), Galerie Pierre Domec

XXe siècle (revue), Artension, Le Musée de Poche

Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain

ADEIAO

Myriam Prévot (19..-1977) et Gildo Caputo (1904-1987),

Michel Georges-Michel (1883-1985),

Bernard Dorival (1914-2003),

Marcel Michaud (1898-1958),

Jean-Marie Dunoyer (1907-2000), Roger Van Gindertael (1899-1982), Jean Guichard-Meili (1922-1994)

Atelier Plasse Le Caisne.

École américaine[edit]

Article complété[edit]

Article créé[edit]

Hendrick Avercamp, Paysage d'hiver, 1610, Rijksmuseum, Amsterdam
Jan van Kessel, huile sur cuivre, 1653
Nature morte de fruits et de fleurs de Balthasar van der Ast, 1620-1621, Rijksmuseum, Amsterdam

Peintres flamands et néerlandais[edit]

Articles complétés

Hendrick Avercamp (1585-1634),

Jan van Kessel (1626-1679),

Articles créés

Jacob van Hulsdonck (1582-1647),

Adriaen van Nieulandt (1587-1658),

Balthasar van der Ast (1593-1657),

Adam van Breen (c. 1611-1646),

Paysage d'hiver,

Les papillons dans la peinture,

École hollandaise.

Philosophie[edit]

Article complété[edit]

Bianca Lamblin (1921-2011)

Article créé[edit]

Bernard Lamblin (1921-1978)

Écrivains, peintres et sculpteurs des deux rives[edit]

Tahar Djaout en 1980
Littérature

Articles complétés[edit]

Malek Alloula (1937), Djamila Amrane (1939), Djamel Amrani (1934-2005), Jean Amrouche (1906-1962),

Rabah Belamri (1946-1995), Rachid Boudjedra (1941), Mohammed Dib (1920-2003),

Tahar Djaout (1954-1993), Malek Haddad (1927-1978), Kateb Yacine (1929-1989),

Mostefa Lacheraf (1917-2007), Mouloud Mammeri (1917-1989), Hamid Nacer-Khodja (1953),

Jean Sénac (1926-1973), Jean Pélégri (1920-2003)

- Littérature algérienne

- Kaki Ould Abderrahmane (1934-1995)

Articles créés[edit]

M'hamed Aoune (1927), Messaour Boulanouar (1933), Nabile Farès (1941),

Anna Gréki (1931-1966), Bachir Hadj Ali (1920-1991), Amine Khan (1956), Abdelmadjid Kaouah (1950),

Lazhari Labter (1952), Abdelhamid Laghouati (1943), Arezki Metref (1952), Youcef Sebti (1943-1993), Hamid Skif (1951),

Habib Tengour (1947),

Ruptures (hebdomadaire), Poésie algérienne de langue française

Lampe kabyle
Récipient traditionnel en peau de chameau, marché de Ouargla, 1980
Peinture et sculpture

Articles complétés[edit]

Farid Belkahia (1934), Mohamed Bouzid (1929), Mohamed Demagh (1930), Rachid Koraichi (1947), Ismail Samsom (1934-1988), René Sintès (1933-1962),

Mohamed Temmam (1915-1988), Mohammed Zmirli (1909-1984), Hellal Zoubir (1952),

Musée national des beaux-arts d'Alger

Articles créés[edit]

Mohamed Aksouh (1934), Ali Ali-Khodja (1923-2010), Philippe Amrouche (1966),

Baya (1931-1998), Hacène Benaboura (1898-1960), Abdallah Benanteur (1931),

Ahmed Cherkaoui (1934-1967),

Angel Diaz-Ojeda (1886-1968), Mokhtar Djaafer (1953), Jean-Aimé-Roger Durand (1914-2001),

Abdelkader Guermaz (1919-1996), Jilali Gharbaoui (1930-1971),

M'hamed Issiakhem (1928-1985),

Ahmed Kara-Ahmed (1923), Mohammed Khadda (1930-1991),

Rachid Khimoune (1953),

Arezki Larbi (1955),

Denis Martinez (1941), Choukri Mesli (1931),

Abdelouahab Mokrani (1956),

Abderrahmane Ould Mohand (1960), Slimane Ould Mohand (1966),

Ali Silem (1947)

Hamid Tibouchi (1951),

Kamel Yahiaoui(1966),

Rezki Zérarti (1938),

Signes et symboles de Kabylie,

Peinture algérienne contemporaine,

Peintres du signe.

Autres artistes africains[edit]

Article complété[edit]

Franck Lundangi (1958)

Écrivains et peintres surréalistes en Belgique[edit]

Articles complétés[edit]

Paul Nougé (1895-1967), René Magritte (1898-1967), Camille Goemans (1900-1960), Achille Chavée (1906-1969); Rachel Baes (1912-1983).

Articles créés[edit]

Louis Scutenaire (1905-1987), Irène Hamoir (1906-1994),

E. L. T. Mesens (1903-1971), Fernand Dumont (1906-1945),

Jane Graverol (1905-1984), Marcel Lecomte (1900-1966),

Paul Colinet (1898-1957), André Souris (1899-1970),

Marcel Mariën (1920-1993), Gabriel et Marcel Piqueray (1920-1992 et 1997)

Tom Gutt (1941-2002), Claudine Jamagne (1943),

Roland Delcol (1942), Yves Bossut (1941),

Suzanne Van Damme (1901-1986), Remy van den Abeele (1918-2006),

Surréalisme en Belgique

Le Vocatif (Tom Gutt).

R'cheg Dirhem, bubale et personnage (Gravures rupestres de la région d'El-Bayadh)
La Pierre de Rök, Suède du sud

Préhistoire[edit]

Articles complétés[edit]

Gravures rupestres de Tanum (Suède)

Articles créés[edit]

  • Algérie

- Sud-oranais:

Gravures rupestres du Sud-oranais,

Gravures rupestres de la région de Figuig, Gravures rupestres de la région d'Ain Sefra, Gravures rupestres de la région d'El-Bayadh,Gravures rupestres de la région d'Aflou.

- Autres gravures de l'Atlas:

Gravures rupestres de la région de Tiaret, Gravures rupestres de la région de Djelfa, Gravures rupestres de la région de Bou Saâda, Gravures rupestres du Constantinois.

- Plus au Sud:

Gravures rupestres de la région de Taghit, Gravures rupestres du Tassili, Gravures rupestres de l'Oued Djerat.

- Autres:

Gravures rupestres du Fezzan.

- Divers:

Raymond Vaufrey (1890-1967), Henri Lhote (1903-1991).

  • Scandinavie

Gravures rupestres de Norvège, Liste des gravures rupestres de Norvège, Gravures rupestres de Suède.

Autres:

Pierre de Rök, Suède

Villes d'Algérie[edit]

Alentours de Timimoun
Timimoun, distribution de l'eau dans la palmeraie
Ghardaïa, mosquée, intérieur

Articles complétés[edit]

- Période romaine:

Djemila,

Madaure,

Tiddis,

Timgad,

Tipaza.

- Autres:

Aurès,

Aflou,

El-Goléa,

Ghardaia,

Kalaa des Beni Hammad,

Kabylie,

Mausolée royal de Maurétanie,

Ouargla,

Sour El-Ghozlane,

Timimoun,

...

Tunisie[edit]

Les trois temples du capitole de Sbeitla

Articles complétés[edit]

Aqueduc de Zaghouan

Musée national du Bardo (Tunisie)

Dougga,

El Jem,

Ghorfas,

Gigthis,

Kairouan,

Sbeitla,

Tophet de Carthage,

Thuburbo Majus.

Entomologie[edit]

Articles complétés[edit]

Lépidoptères :
Coléoptères :Oryctes nasicornis.

Articles créés[edit]

Lycaenidae : Cacyreus marshalli
Deyrolle
Lépidoptéristes de France
Les papillons dans la peinture

Divers[edit]

articles créés[edit]

articles complétés[edit]

Alba-la-Romaine,le théâtre
Anciennes monnaies chinoises en forme de couteaux (Yidao, Mingdao), Chine, Dynastie Zhou, Royaume de Yan, (600-200 BC)